Exposition 2011

Les affinités littéraires de Félicien Rops

Charles De Coster

A l’occasion des Journées du Patrimoine, les visiteurs pourront découvrir une exposition présentant des lettres, photographies et livres d’écrivains que Félicien Rops appréciait particulièrement et pour lesquels il réalisa des illustrations ou des frontispices : Théodore Polet, Octave Pirmez, Charles De Coster, Jean Dardenne, Alfred Delvau, Charles Baudelaire, J-K Huysmans, les frères Goncourt, Emile Zola, Barbey d’Aurevilly, Guy de Maupassant, Péladan, Voltaire, Verlaine, Mallarmé, Eugène Demolder…

Extrait d'une lettre de Charles De Coster à Félicien Rops.

"J'ai quitté la Belgique abreuvé de dégouts, & j'y serais crevé de désespoir & de privations comme Charles Decoster, le seul homme de talent qu'ils avaient, et qui m'écrivait un mois avant sa mort : j'ai l'autographe : "J'étouffe, je suis entouré de BANDITS qui n'ont pitié ni du pauvre talent que je me sens, ni de mes idées, ni de moi, & qui me feront crever dans un grabat ; écris-moi encore une de ces bonnes lettres qui me soutiennent, me réconfortent, & me donnent pour quelques heures l'illusion qu'un jour peut-être, je pourrai encore devenir ce que j'avais rêvé d'être, & écrire ce que j'aurais voulu écrire, sans déplaire aux gens en Place, par lesquels il faut passer en Belgique pour vivre matériellement de sa plume. Il faut baiser le sabot de l'âne. Ah ! si j'avais été Théodore Juste !!!"
A part deux ou trois mots, voilà le testament du pauvre Charles. C'était une âme élevée, un cœur noble & un talent. Ils l'ont fait crever comme un chien, dans le dénuement absolu. Il faut en finir & dire un jour, leur fait aux tenanciers de l'argent des Beaux arts & leur dire : Si vous ne vous connaissez pas en art & en littérature, que foutez-vous là ! La littérature, les arts, c'est la vraie gloire d'un pays. On l'a dit & rabaché ; mais cela reste vrai !
Je t'autorise à citer cette effroyable dernière page de Charles De Coster. C'est une bonne action que tu feras. Cela sauvera peut-être un homme de lettres, un peintre ou un musicien aux abois.
Tu as l'occasion de le dire, dis-le.
C’est qu’ils sont là des myriades de cochons, & cachés embusqués, tirant sur tout ce qui n’est pas : dans le rang, des leurs, de leurs idées canailles & basses de leur étroite cérébralité."

Cet extrait de lettre témoigne de l’attachement et de l’admiration de Félicien Rops pour Charles De Coster, l’auteur de La Légende et les Aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d'Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandres et ailleurs.

 

Les Epaves (Charles Baudelaire)